Saint-Maximin

Une ville d'histoire tournée vers le futur

Vue aérienne de Saint-Maximin


Héritière d'un précieux passé religieux, reconnue comme le troisième tombeau de la chrétienté (où reposent les reliques de Sainte Marie-Madeleine), Saint-Maximin, chef-lieu du canton est aussi la locomotive du territoire communautaire.

Christ en croix de la basilique de Saint-Maximin  

La basilique

C’est Charles II d'Anjou, Comte de Provence et neveu de Saint Louis, qui découvrit le tombeau de Sainte Marie-Madeleine en 1279.

Suite à l'invention de ces reliques, il ordonna en 1280 le construction d'une basilique.

Les travaux débutés en 1295 dureront près de trois siècles. Bien qu'inachevé, c'est le plus grand édifice gothique du Sud-Est de la France.

Il a été reconnu troisième tombeau de la chrétienté, après Jérusalem et Saint-Pierre de Rome.

 
 

Le Couvent Royal

Construit en même temps que la Basilique, le Couvent Royal abrite jusqu'en 1957 une communauté de moines Dominicains.

Les religieux mis en place par le Pape Boniface VIII sont chargés de la protection des reliques de la sainte.

Ils se consacrent durant les siècles de leur présence à la vie cultuelle de la cité et à l'embellissement de la Basilique.

On leur doit nombre de boiseries et notamment la Chaire et le grand orgue.

 

Cloître du Couvent Royal

 
Couvent Royal de Saint-Maximin

La commune vue du ciel

St Maximinin vue du ciel
(387 Ko)


St Maximin vu du ciel
(361 Ko)
St Maximin vu du ciel
(400 Ko)
Cliquez
sur les photos
pour voir les vues aériennes.
St Maximin vue du ciel
(372 Ko)

Les manifestations à Saint-Maximin

Retour haut de page